Comment concevoir son Elixir solarisé aux plantes ?

Tous les secrets

DE la macération solaire

J’ai le plaisir de vous annoncer que la magnifique période des macérats huileux est ouverte, alors à vos bocaux ! Voilà une belle occasion de recréer du lien entre la nature, soi et les autres…

Quoi de plus naturel et pur que d’extraire les vertus des plantes grâce à l’énergie du soleil et d’en faire profiter son entourage.

Outre sa dimension ancestrale, cette technique d’extraction douce et respectueuse des produits est également très utile pour toute la famille, les macérats ont une forte affinité avec la peau, ce qui en font des soins multi-usages très doux. ⁠

Notamment le macérat de fleurs de soucis, peut être utilisé pour apaiser les irritations des bébés, les coups de soleil ou piqûres, le feu du rasoir et aussi pour des soins relaxants et massage.

Cette technique d’extraction ancestrale ne nécessite presque pas de matériel ou d’outils, très facile à réaliser et pourtant quelques subtilités peuvent tout changer : ⁠

▪️ Quelle huile est la plus stable pour une macération qui ne rancit pas ? ⁠
▪️ Quelles plantes bienfaitrices extraire et sous quelle forme pour un macérat efficace qui se conserve mieux ? ⁠
▪️ Comment exposer le macérât au soleil et combien de temps ?⁠

1 - L’Or Végétal, les meilleures huiles à solariser

L’huile végétale est la base du procédé de macération, elle en est le support. Prenez soin de bien la choisir.

Plus votre huile sera de qualité et stable plus elle pourra se charger en molécules actives et mieux elle se conservera.

1 – Une huile STABLE

La stabilité d’une huile dépend de sa teneur en acide gras et en tocophérol (un anti-oxydant naturel, vitamine E).

Les huiles riches en acide gras saturés sont très stables mais difficiles à appliquer comme le beurre de cacao, karité, coco.

Les huiles riches en acide gras poly-insaturées sont très sensibles à l’oxydation et rancissent rapidement tel que l’huile de colza, tournesol, maïs, noix.

Les huiles riches en acides gras mono insaturées sont un excellent compromis et cerise sur le gâteau, nous avons la chance d’avoir de belles huiles de ce type produites en France telles que l’huile de noisette, de noyaux d’abricot, d’olive ou d’amandon de prune.

2 – Une huile de QUALITE

Meilleure sera la qualité de l’huile meilleure sera sa conservation et stabilité, elle sera également plus saine et riche en actifs naturels.

J’entends par huile de qualité, une huile de première pression à froid, issue de productions en agriculture biologique en France de préférence (dont les normes sont plus strictes que ses voisins européens).

Mon top des huiles françaises les plus qualitatives et adaptées à la macération :

1- Huile d’amandon de prune, une huile régionale unique, riche en vitamine E et son petit plus, elle dégage un doux parfum d’amande, très gourmand & apaisant.

2- Huile d’olive, l’huile de macération par excellence, reconnue pour son affinité exceptionnelle avec la peau et sa richesse en acides gras essentiels. Meilleure sera la qualité de l’huile d’olive, plus son parfum sera subtil.

2 - Les fleurs à faire macérer

La nature propose une palette de fleurs aux milles couleurs, parfums, vertus. Les molécules actives de chaque fleur ont une affinité différente avec l’eau, l’huile, l’alcool. Pour extraire les actifs souhaités, il est important de connaître leur affinité avec les différentes solutions. Pour une macération solaire, on s’intéressera aux fleurs dont les actifs ont une forte affinité avec l’huile pour capter ses vertus. Mon top de fleurs vertueuses à faire macérer dans l’huile et les vertus du macérat :

  • Calendula ou Soucis : Apaisant
  • Rose sauvage ou cultivée : Régénérant 
  • Lavande : Calme brûlures, irritations
  • Millepertuis (frais) : Anti-inflammatoire (nerfs)
  • Camomille : Anti-inflammatoire (tout tissu)
  • Marguerite : Raffermissant
  • Immortelle ou Hélichryse : Anti-hématome
  • Arnica : Circulation, Anti-inflammatoire
  • Reine des prés : Astringent

Encore une fois, privilégiez des plantes issues de production biologiques, voire biodynamiques ou cueillies en milieu sauvage préservé. Elles doivent absolument être séchées avant d’être mises en bocal à macérer pour éviter tout développement microbien, seule exception pour le millepertuis qui perdrait ses actifs.

Certaines racines sont également très intéressantes comme la carotte ou certains fruits comme la merveilleuse gousse de vanille.

fleurs sauvage - empreinte sauvage

3 - Les étapes de la Macération

Tous vos trésors sont rassemblés : huile végétale stable, fleurs séchées bienfaitrices et soleil en abondance.

Il ne vous reste plus qu’à créer le lien entre ces éléments, que l’énergie du soleil prenne le relais et accompagne en douceur la diffusion des vertus des fleurs dans l’huile.

Pour commencer remplissez un bocal en verre type le parfait de vos fleurs séchées, recouvrez de votre huile végétale en veillant à immerger la totalité des fleurs et en laissant un bon centimètre d’espace vide en surface.

Fermez votre bocal non hermétiquement, le macérat doit pouvoir respirer.
Recouvrez-le d’un sachet kraft ou linge de manière à protéger le macérat des rayons UV.

Exposez le bocal à la source de chaleur la plus naturelle, le soleil durant au moins un mois.
Vérifiez que toutes les fleurs soient toujours immergées, sinon rajoutez de l’huile et remuez doucement de temps en temps.

Il ne reste plus qu’à laisser faire la nature et à profiter de ses bienfaits jusqu’à l’été prochain.

Laisse une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *